WEEK-END DU 6 JANVIER 2018 : UNE NOUVELLE ÉTAPE POUR LE CHANTIER DE CLAMART

Clamart janv 2018

Un premier week-end décisif pour le chantier de Clamart

Lundi 8 janvier 2018, cinq heures du matin. Le premier train de la ligne N arrive sur les quais, les "matinaux" s'apprêtent à s'engouffrer dans la première rame. Qui pourrait imaginer que sur ce même quai, durant tout le week-end, les équipes travaux sous maîtrise d'œuvre de SNCF Réseau se sont affairées, pour creuser des trous de 15 mètres de profondeur, grâce à une gigantesque foreuse ?

Vendredi 5 janvier, à 22 heures, le chantier de Clamart a franchi une nouvelle étape décisive. Après le spectaculaire ripage de la dalle de la future gare du Grand Paris Express, les 12 et 13 août 2017 (voir https://lereseauavanceidf.sncf-reseau.fr/actualite/100-heures-pour-prefigurer-la-nouvelle-gare-de-clamart), SNCF Réseau s'est lancé dans les travaux préalables à la construction du couloir d'interconnexion de la ligne N de Transilien avec la future gare du Grand Paris Express Fort d'Issy-Vanves-Clamart, juste en dessous du quai central. Un couloir  très précieux pour l'avenir des habitants, puisqu'il assurera une correspondance facile, accessible et rapide entre les deux réseaux, en 3 minutes trente environ.  

 

Quel est l'enjeu de ces travaux ?

SNCF Réseau s'est vu confier par la Société du Grand Paris la maîtrise d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre du couloir d'interconnexion entre la ligne N et la ligne 15 Sud (Pont-de Sèvres/Noisy-Champs). Pour creuser ce long couloir de 60 mètres de long, 10 mètres de large et 8 mètres en dessous du quai central, SNCF Réseau doit construire un blindage provisoire, appelé "paroi berlinoise" : un mur de soutènement permettant de retenir la terre grâce à la résistance verticale de profilés métalliques couplés à des plaques de béton.

 

Un fil rouge : éviter l'interruption

Comment mener à bien ces travaux titanesques, en gardant la gare en exploitation ? C'est le fil rouge qui guide les interventions de SNCF Réseau et toute la complexité de ces projets. En soi, réaliser un tunnel n'est pas un exploit. Mais le faire en dessous d'une voie de circulation ferroviaire, sans interrompre la circulation est beaucoup plus compliqué. "Le phasage des travaux a été entièrement imaginé en fonction de l'utilisateur final. D'où des week-ends "course contre la montre", où l'on fait avancer le plus possible les chantiers, quand la circulation est moins dense et que l'on peut se permettre des interruptions de circulation", explique Olivier Crouin, directeur des travaux d'interconnexion du Grand Paris Express.

Un phasage rendu d'autant plus compliqué pour SNCF Réseau qu'il doit se coordonner avec les équipes de la Société du Grand Paris, en charge de la construction de la future gare du Grand Paris Express. "Nous devons avancer ensemble, sur un espace restreint, en tenant compte des contraintes et du calendrier de chacun à chaque étape des travaux", poursuit Olivier Crouin.

 

Six ans de travaux au total

Le chantier de Clamart, qui a débuté en 2014 (pour les études), s'achèvera en 2022, avec l'arrivée du Grand Paris Express. Soit six ans de travaux pour SNCF Réseau et la Société du Grand Paris, les deux maîtres d'œuvre.

Pour les habitants des quatre communes desservies (Clamart, Vanves, Issy-les-Moulineaux et Malakoff), ce sera une petite révolution. Roissy ne sera plus qu'à 47 minutes (1 h 02 avant), La Défense à 18 minutes (35 minutes avant), Orly à 20 minutes (41 auparavant).

 

Restez informés

Téléchargements

Infographies
Plaquettes
Cartes

Médiathèque

Nos photos et vidéos

Contact

Écrivez nous