Le Viaduc de Marly, de la tour Eiffel à l'épure moderniste

Viaduc de Marly

En 2019, un nouvel ouvrage surplombera les pavillons Marlychois. Un viaduc en phase avec son époque, comme l'était l'ancien, qui avait jailli de terre en 1884.

130 ans de modernité

Moderne, le viaduc de Marly-le-Roi, l'aura toujours été. En 1884, deux avant le début des travaux de la tour Eiffel (celle-ci sera achevée pour l'exposition universelle de 1889), les Marlychois découvrent un viaduc d'avant-garde, qui reprend les mêmes matériaux et techniques que ceux de la "vieille dame" : du fer "puddlé" (travaillé pour éviter la corrosion), des rivets pour faire tenir les pièces. L'ouvrage relie la gare Saint-Lazare à Saint-Nom-la-Bretèche, aujourd'hui par la ligne L.

Après avoir tenu bon 130 ans, celui-ci commence à montrer des signes de vieillissement. La crainte est de ne bientôt plus garantir la pérennité de l'offre sur la ligne L, mise en place il y a un an après concertation, et alors que de nouveaux matériels roulants doivent être déployés. Fidèle à l'esprit des origines, SNCF Réseau a opté pour une solution résolument moderne, osant jouer la carte de la "rupture" architecturale.

Un projet épuré, en harmonie avec l'existant

Reconstruire un pont à l'identique, en treillis métallique n'était pas envisageable. Les techniques ont trop évolué au cours des dernières décennies pour rendre la chose possible. La difficulté du projet était donc d'imaginer un tablier moderne qui s'harmonise avec les piliers de l'aqueduc, qui eux, étaient sauvegardés.

SNCF Réseau s'est associée à l'agence Lavigne Chéron Architectes, en concertation avec la ville. Le projet, validé par l'Architecte des Bâtiments de France, joue la carte de l'épure: la légèreté et la finesse du tablier tranchent avec les piliers de pierre, donnant l'impression qu'il a toujours été posé là. Un bel exemple d'osmose architecturale entre le nouveau et l'ancien.

Techniquement, la solution trouvée pour ce tablier de 250 mètres est une structure mixte acier-béton de type bipoutre.

Moins de vibrations et une réduction de l'empreinte acoustique de 3 à 5 dB(A)

Le projet concernant un renouvellement à l'identique d'un ancien ouvrage, la réglementation n'imposait pas à SNCF Réseau d'améliorer l'acoustique et les vibrations. La filiale de SNCF s'est néanmoins attachée à progresser sur ces deux points, dans cette zone à forte concentration pavillonnaire.

Le futur viaduc apporte une solution aux vibrations liées aux passages des trains, grâce à la pose d'une voie ballastée. Résultat ? Une réduction du bruit et de l'empreinte acoustique du viaduc de 3 à 5 dB(A), voire davantage. L'amélioration sera considérable par rapport à avant, où les trains étaient directement posés sur la structure métallique.

Parallèlement, un paysagiste travaille sur la mise en valeur des espaces sous le viaduc, en concertation avec la ville. L'idée est de réaliser une "coulée verte" qui reste compatible les contraintes de maintenance et d'entretien de l'ouvrage.

Une prouesse technique, pour limiter l'impact sur les riverains pendant le chantier

Le viaduc surplombe une zone dense… Aussi, SNCF Réseau a cherché une solution technique permettant de limiter au maximum la gène à la population et aux voyageurs. Celle-ci consiste à limiter à sept semaines, pendant l'été 2018, la coupure des circulations. Pour y arriver, l'ancien tablier sera déplacé sur le côté sur des appuis provisoires (en attendant d’être évacué), et le nouveau prendra sa place, tout cela en surplomb des habitations riveraines, à près de 25 m de hauteur. Pendant l'opération, les habitants seront bien sûr relogés, tandis que des bus de substitution seront mis en place pour les 18 000 voyageurs concernés par cette coupure.

15 volontaires associés au sein d'un groupe de suivi

Compte tenu des impacts du projet sur la population et les voyageurs, SNCF Réseau a souhaité mettre en place un processus de concertation le plus abouti possible. 15 volontaires (des riverains du viaduc, des habitants de Marly-le-Roi et des usagers de la ligne L) ont été tirés au sort, pour constituer un groupe de suivi des travaux. Durant tout le chantier, ils ont pour mission d'informer le public de son avancement et de recueillir les questions sur le terrain.

 

Le viaduc en chiffres

  • 148 trains par jour depuis décembre 2015
  • 160 000 voyageurs montants/j sur la ligne L
  • 1900 voyageurs montants/j sur la Grande Ceinture Ouest
  • Longueur du tablier : 250 mètres, répartis sur 5 travées
  • 65 M€ pour les travaux, financés à 100% par SNCF Réseau.

 

Le calendrier des travaux

  • décembre 2016 : début des travaux,
  • fin août 2018 : mise en service du nouveau tablier, au terme d'une interruption  des circulations de sept semaines sur la ligne L entre Garches-Marnes-La-Coquette et St-Nom-la-Bretèche, ainsi que la Grande Ceinture Ouest,
  • printemps 2019 : fin des travaux.

 

Dossier de presse - Renouvellement du Viaduc de Marly

Restez informés

Téléchargements

Infographies
Plaquettes
Cartes

Médiathèque

Nos photos et vidéos